Un archipel unique perdu au cœur de l’Océan Pacifique

Le Chili surprend plus d’un voyageur par la diversité de ses paysages. Hormis ses terres arides du nord, sa région centre idéale pour la viticulture, ou la Patagonie aux paysages magiques, le pays possède des îles loin de la côte, au cœur du Pacifique. Partons à la découverte de l’archipel Juan Fernández doté d’une biodiversité unique et de ses secrets cachés.

L’archipel Juan Fernández

L’archipel Juan Fernández est un petit bout de terre de 10 000 hectares, perdu à 650 km des côtes chiliennes dans l’Océan Pacifique. Situé aux mêmes longitudes que Valparaiso, ses îles d’origine volcanique se comptent au nombre de trois : Robinson Crusoé, Santa Clara et Alejandro Selkirk. Du fait de sa situation géographique, son accès est assez difficile. En outre, il a été classé réserve mondiale de biosphère par l’Unesco pour sa faune et sa flore locale endémique.

Histoire

L’archipel a été découvert par hasard, à la fin du XVIe siècle, par le navigateur espagnol Juan Fernández, grâce à une légère déviation de l’itinéraire lors d’un voyage au Chili. Par la suite, c’est Alejandro Selkirk qui est devenu un habitant célèbre. En effet, ce marin écossais fut en 1704 abandonné par son équipage dans une totale solitude sur cet archipel jusqu’en 1709, où il fut secouru par des navigateurs.

Ce dernier a inspiré par la suite Daniel Defoe, auteur du célèbre roman Robinson Crusoé. C’est donc de cet ouvrage que tire le nom de l’île principale de l’archipel.

L’île de Robinson Crusoé

L’île de Robinson Crusoé est grande de 18 km sur 5, ce qui en fait la principale de l’archipel Juan Fernández. Ses reliefs sont escarpés et ses paysages varient de la montagne à la plage, en passant par la forêt. Le sommet de l’île, le Cerro del Yunque, atteint un total de 983 m. Sa flore, protégée par l’Unesco depuis 1977, est unique ; elle serait l’équivalente pour sa densité florale, de celle des îles Galápagos pour sa faune. L’île habite quelques 600 habitants afin d’accueillir les touristes et les chercheurs de trésors, rendus fous à l’idée de trouver de mystérieux butins cachés par des pirates. En effet, elle était auparavant occupée par des pirates qui venaient se réfugier et cacher leurs trésors.

Au sein même de l’île, divers sentiers traversent cette nature préservée. Il est possible via une randonnée de se rendre au sommet de l’île et d’observer l’ensemble de cette terre escarpée, au milieu d’un horizon bleu sans fin. Une autre traverse l’ensemble de l’île via la forêt subtropicale le long de la baie, une balade magnifique. Des excursions en bateau sont également proposées afin de découvrir l’île d’un autre point de vue, et une grotte secrète, notamment. Enfin, sa faune aquatique est aussi d’une belle richesse car l’île est protégée par une barrière de corail. Il est donc possible de pratiquer de la plongée sous-marine afin d’apercevoir cette biodiversité marine et explorer les épaves de navires qui se sont échouées.

À noter que la meilleure saison pour visiter l’île est d’Octobre à Avril. Pour s’y rendre, deux vols par semaine partent de la capitale chilienne. Enfin, l’île dispose de quoi satisfaire les voyageurs avec de superbes restaurants et lodges exclusifs en front de mer avec tous les services appropriés.

Pour tous les Robinson dans l’âme et les amoureux de la nature, l’archipel de Juan Fernandez est, à juste titre, l’un des sites les plus isolés et les plus importants au monde pour la préservation de la biodiversité.

 

Thibault Leroux.