A la suite de la seconde guerre mondiale, l'Europe est séparée en deux par le rideau de fer et Berlin est découpé en 4 zones, à l'est la zone soviétique, et à l'ouest les zones américaines, britanniques et françaises mais les soviétiques veulent l'intégralité de Berlin !
Berlin Ouest est alors enclavée au milieu de cette zone soviétique dont ces derniers viennent de couper les communications et des ponts aériens depuis les zones de l'Ouest jusqu'à l'aéroport de Tempelhof sont mises en place pendant un certain temps. Une centrale électrique sera notamment transportée en avion jusqu'à Berlin Ouest. 
Au fil des jours, de plus en plus d'habitants de l'est fuient à l'Ouest sous l'impuissance des Soviétiques. le 27 novembre 1958, les soviétiques lancent un ultimatum à l'Ouest afin de réunifier Berlin et d'en faire une seule ville. Dès Juin, des grillages et barbelés sont installés et c'est le 13 août 1961 que les Soviétiques débutent la construction du "Mur de la Honte" qui séparera la capitale et les Berlinois.

Le mur n'est pas qu'un simple mur mais devient une zone militarisée, avec des obstacles anti-chars, des mines, des postes de surveillance ! Bienvenue dans Berlin divisé où tous les échanges sont rompus et où la vie des Berlinois va devenir un cauchemar. Pour les étrangers, le seul point de passage est désormais le Checkpoint Charlie situé sur la Friedrichstraße. Berlin est de nos jours une seule ville mais des traces montrent encore la division de la capitale.

Le checkpoint Charlie, point de passage réservé aux diplomates et aux étrangers au coeur des deux blocs de Berlin. C'est de nos jours un haut lieu touristique avec le poste de garde au milieu de la rue ou encore le panneau en différentes langues indiquant la sortie de la zone de l'Ouest.

Le checkpoint Charlie durant la seconde guerre mondiale.

Frontière entre Berlin Est et Berlin Ouest avec les panneaux en différentes langues.

Près de là, le Berliner Mauer Gedenkstaette avec des restes du Mur sur une centaine de mètres.

En contre-bas, la Topographie des Terreurs retraçant l'horreur des Nazis.

Retour sur Friedrichstraße avec une vue de l'avenue en direction de l'ex Berlin Est et du checkpoint Charlie.

Des musées et des boutiques souvenirs ont désormais sur rue dont le musée du Checkpoint Charlie où figure le dernier drapeau de l'URSS avant le monde communiste jusqu'à Vladivostok.                                                                                 

Une borne de la DDR (Allemagne de l'Est) est à l'entrée de ce musée avec un pan de mur de 4ème génération.

Il est possible également de nos jours, de conduire les Trabants, les célèbres voitures de la zone soviétique !

Prenons le U-Bahn jusqu'a Tempelhof pour aller voir cet aéroport, qui est le troisième plus grand bâtiment au monde mais avait la plus boutique duty-free et dont celui-ci fait partie intégrante de l'histoire de Berlin, pour avoir été bien sur l'aéroport des ponts aériens mis en place par les occidentaux durant le blocus , mais aussi comme centre de détention ou comme base pendant la seconde guerre mondiale. Il est désormais fermé au trafic aérien depuis 2008 et ses pistes sont libres d'accès. 

Reprenons notre U-bahn (Métro) jusqu'à Warschauer Strasse en passant par le WaterGate, le pont franchissant la Spree à ses caractéristiques si particulières ! :)

Du coté est de la Spree, restent environ 1500 mètres de mur. Descendons donc à la station U1 qui fut fermée pendant la guerre froide à cause du mur et fut réouverte sous le nom de Warschauer Strasse après la réunification

Des bâtiments au style soviétique typique dans l'ex partie Est de Berlin.

Allons maintenant voir l'East Side Gallery et ses 1500 mètres de mur. Le mur sert aujourd'hui de support pour diverses expositions comme ici un reportage sur la guerre actuelle en Syrie.

C'est aussi là qu'a eu lieu le célèbre baiser entre Brejnev et Honecker en 1979 pendant les célèbres militaires des soviétiques.

Des parades de Trabants dans les rues de Berlin destinées

Partons maintenant en S-Bahn, ligne 7 jusqu'à Wannsee d'où je prends un bus jusqu'au Checkpoint Bravo, frontière entre l'est et l'ouest sur l'autoroute où tous les véhicules étaient inspectés. Ci-dessous, l'ancien poste frontière des alliés.

Au fil des années, des systèmes automatisés avaient été mis en place.

Checkpoint du coté soviétique au point de passage Bravo.

Visa de transit de la DDR (allemagne de l'Est) délivré au point Bravo

Documents de passage au point Bravo.

A cet endroit, le Mur alternait avec des zones grillagées

Maintenant que vous savez tout sur ce checkpoint Bravo, dirigeons-nous vers le Glienicke Brucke qui surmonte le lac éponyme et qui est surnommé "le pont des Espions". En effet, les échanges d'espions pendant la guerre froide avaient lieu à cet endroit entre les deux blocs. C'était donc un endroit très stratégique fermé aux citoyens.

L'ancienne ligne blanche séparant les parties Est et Ouest de Berlin autrefois            

Continuons notre tournée des lieux historiques de Berlin avec un des premiers endroits qui a cédé le 9 novembre 1989. Après des semaines de manifestation, la foule se fait de plus en plus pressante à l'ouverture de ce mur et c'est à 23h30, après une allocution du président de la DDR, que le douanier cessa de contrôler les passeports et ouvra la barrière vers l'Ouest et vers la liberté !

Mur de troisième génération près del a place du 9 novembre 1989.

Effervescence au soir du 9 novembre 1989 

Poursuivons notre trajet en S-Bahn jusqu'à la station Nordbahnhof où il reste une portion authentique de ce qu'était le système complet du mur de Berlin.
Sortons de la station, et découvrons des tubes de fer représentant l'ancien parcours du mur. 

Un morceau de mur authentique prend ici le relais.

Nous pouvons remarquer au seul l'ancien mur du cimetière sur la droite que le mur traversait et qui se trouvait donc coté ouest.

Une portion du mur intacte. A cet endroit, se trouve le musée du Mur de Berlin et il est possible de monter librement à un poste d'observation afin d'y découvrir une section complète du complexe du mur.

En effet, nous sommes actuellement coté Ouest et un premier mur, ici de 4ème génération, et d'une hauteur de 4 mètres faisait face à la frontière. A l'arrière de celui-ci, des bancs de sable qui permettaient aux troupes soviétiques de suivre les éventuels fugitifs pour une vie meilleure vers l'Ouest. Au centre de cette zone, une route servant aux patrouilles motorisées, avec à l'arrière une zone éclairée sableuse, ainsi qu'un mur doté de cables électriques reliés à une alarme silence dans les tours. Enfin un dernier mur coté Est permettait de fermer cette zone. Les zones pouvaient mesurer de 5 mètres jusqu'à plusieurs centaines de mètres en largeur.

Vue depuis le coté Est.

Des inscriptions au sol permettent de repérer les différentes parties du complèxe du mur.

La visite se poursuivra dans les nombreux musées de la ville consacrés à cette guerre froide.
A Potsdam Platze, il y avait autrefois du coté Ouest, une esplanade permettant d'avoir une vue sur la zone est. Aujourd'hui, des marquages au sol permettent de se remémorer l'emplacement du mur.

Comme au Checkpoint Charlie, des personnes racontent l'histoire dans les tenues de l'époque

Vous pourrez retrouver d'autres éléments de l'époque dans la ville comme les lampadaires courbés à différents endroits de la zone Est.

Terminons avec une vue de ce train appartenant à la DDR (RDA), nommé  VT18.16  et qui servait aux relations du Vindobona, une sorte de TEE (Trans-Europe-Express à la sauce DDR) et qui effectuait les liaisons Berlin - Vienne