Découvrons ce jour l'Ex-Principauté de Trévoux au nord de Lyon.

Faisant suite à une invitation de l'Office du Tourisme d'Ars-Trévoux à venir découvrir des lieux chargés d'histoire, c'est avec joie et plaisir que nous avons bien sûr accepté ... et nous avons bien fait ! 

Ci-dessous, l'office du tourisme rénové récemment avec à sa gauche sur le mur, des traces de l'ancienne porte de la fortification

Après un accueil sympathique de la part de Romain qui va nous faire découvrir cette ex-principauté, il nous dirige dans l'attente du début dans la visite dans une salle consacré à l'histoire de la région, le "Carré Patrimoines". 
Pendant une petite demi-heure, au travers des animations projetées et tactiles, au travers 5 salles nous allons découvrir, apprendre, jouer avec le patrimoine local !
Mon attentation aura été retenue sur l'Apothicairerie de l'ancien Hopital classée "Monument Historique"
 
L'heure de la visite débute avec la présentation de Trévoux, sa construction au bord de la rivière, dominée par un château fort et entourée de fortifications, son développement au fil des siècles jusqu'à nos jours, ses péages sur la rivière. 
Hors du Royaume de France, Trévoux fut à une époque située aux confins de l'Empire Germanique ... Mais si loin du pouvoir impérial, qu'au fur et à mesure, une Principauté nacquis, où la monnaie fut frappée, où l'imprimerie s'y développa et où un Parlement s'y installa ! Ce petit bout de Terre devint alors prospère, des mesures fiscales et autres furent mises en place pour attirer des citoyens et des industries s'y développèrent, comme le fil à tisser d'or et d'argent ou l'orfèvrerie. On y tisse toujours à Trévoux d'ailleurs ! En 1762, elle sera rattachée au Royaume de France et une belle page de l'histoire de la région se tourne ...

Nous traverserons l'Office du Tourisme se trouvant dans l'Hôtel Pierre et Anne de Bourbon, où nous y découvrirons un petit bout de " Vieux-Lyon"

Au travers d'une porte à l'arrière de l'Hôtel, nous arrivons sur la rue du Gouvernemement ! C'est ici que de nombreux organes de la Principauté furent installés. 

Une vue ci-dessous d'un site classé depuis de 1933, la rue Casse-Cou avec son pavage traditionnel, à gauche, pour l'homme, à droite, pour l'âne !

En poursuivant sur la rue du Gouvernement, nous y découvrirons diverses plaques révélant l'importance de la rue autrefois comme. 

Face à ce dernier, le lavoir de la ville réservé aux habitants 

Continuons notre chemin vers le Parlement avec un autre lieu très important, l'Imprimerie de Son Altesse Sérénissime où le Dictionnaire fut imprimé !

Nous y sommes presque au Parlement, mais avant, jetons un coup d'oeil à l'Eglise de Trévoux ! Remarquez qu'elle n'est pas terminée, où du moins qu'elle n'a pas de clocher ! Les cloches sont sur son coté gauche et fut un lieu de passage du Curé d'Ars autrefois dont je vous rappelle que son article est disponible par ici !

Et puis nous y voilà, au Parlement !
Lui qui fut installé à Lyon avant d'être rapatrié à Trévoux quand celle-ci devint une Principauté. Les Magistrats déménagèrent dans des hôtels particuliers au sein de la Principauté où les affaires de l'état y étaient traitées, du prix du sel aux homicides. Le bâtiment qui abrite aujourd'hui le tribunal d'instance et le centre des impôts fut classé "Monument Historique en 2006". 

En entrant dans l'antichambre, on y découvre un aperçu de ce qu'il nous attend avec de grandioses fresques. 

Puis n'attendons pas plus et entrons dans salle d'audience ! et là c'est un WAHOU !!!!!!!!!!!!!

De magistrales fresques ornent les murs de la salle avec des histoires juridiques de la Bible racontées ainsi que diverses références à l'antiquité. 

Mon coup de coeur fut la référence au monde Romain, S.P.Q.D. ici adapté à la Dombes !

Chaque poutre, chaque traverse du plafond est peinte ! Entre les traverses, des Lys furent peints au pochoir. 

Ressortons de ce lieu magique où les "prévenus auraient presque la chance d'être jugés dans de tels lieux" pour terminer la visite de Trévoux avec la tour de l'Horloge, où à son pied, des exécutions capitales y étaient rendues 

Nous emprunterons la rue Casse-cou vue précédemment pour aller ensuite voir le château fort dominant l'ancienne Cité-Etat. 

Sur la droite, la Maison Thermac qui conserve des éléments du 15ème siècle avec ses fenêtres à meneau en pierre dorée.

Montons maintenant sur les hauteurs de ville avec le château-fort, arme de dissuasion et de protection de la Cité.

Pour y parvenir, nous passerons par la porte de Villars en brique rouge, une des 4 portes dans la fortification de la ville.

Haut de 28 mètres autrefois, le Donjon était comme dans tout château-fort, la pièce maitresse de l'ensemble. Pendant les diverses guerres, il fut partiellement détruit. Visitable du printemps au début de l'automne, nous reviendrons le visiter dès qu'il aura réouvert. Néanmois, une petite vue montrant l'un des élements les plus importants de l'ancienne Cité fortifiée

Un grand merci à l'office du Tourisme d'Ars-Trévoux pour son invitation à la découverte du Parlement, un grand merci à Romain pour la transmission de ses connaissances sur Trévoux et sur la passion dont celles-ci furent transmises ! Nous furent conquis !