Petite balade touristique aujourd'hui dans les Pyrénées Orientales le long de l'Agly depuis Rivesaltes jusqu'aux Gorges de l'Aude, à Axat. 
Départ depuis la gare de Rivesaltes au nord de Perpignan à bord d'une Caravelle, autorail ayant circulé plus 50 ans sur les voies ferrées françaises. 

Rapidement, nous quittons la ligne de l'arc languedocien en direction de l'ouest.

Nous débuterons notre balade dans le Fenouillèdes par Espira de l'Agly, porte d'entrée de cette région essentiellement viticole et qui dispose également de deux importantes carrières, une de ballast et une autre de calcaire, grès, marbre, feldspath ...

Raccordement ferroviaire de la carrière de Ballast.

Première curiosité visible depuis la gare de Cases de Pène entre autre, l'ermitage Notre Dame de Pène (on rappelera qu'un ermitage est un lieu de culte hors d'un village ou d'une ville) à la place du château de Pena. L'ermitage est classé aux monuments historiques.

Notre voyage se poursuit à travers les courbes et contre-courbes de la plaine de l'Agly au milieu des vignobles de Chardonnay.

Nous traversons l'Agly sur un pont rail metallique d'origine de l'époque de la compagnie du MIDI.

Le château de Quéribus sur les hauteurs de Maury, qui fut transformé en forteresse en 1258 et marquait la frontière entre la France et l'Espagne jusqu'au traité des Pyrénées en 1659.  Le village de Maury est aussi reconnu pour son vin AOP.

Les vignobles AOP de Maury

Nous ferons une petite pause en gare afin d'attendre que notre prochain train puisse manoeuvrer devant nous. Profitons de l'occasion pour faire une petite photo de l'autorail dans lequel nous sommes depuis une petite heure .

Après une petite heure de balade, changement de train en gare de Saint Paul de Fenouillet où nous monterons à bord d'un train découvert jusqu'à Axat et aux gorges de l'Aude. Le voyage prend alors un tout autre aspect depuis le wagon découvert, comme sur le Train Jaune voisin.

Le pic de Bugarach, qui selon la légendre, abrite une soucoupe volante à l'intérieur de la montagne. En décembre 2012, le village situé en contrebas de cette montagne est rendue célèbre car celui-ci serait le seul village au monde à résister à la fin du monde programmée ... La hauteur moyenne des montagnes de la vallée de l'Agly est de 700 mètres, le pic de Bugarach culmine à environ 1200 mètres.

Notre petit voyage se poursuit par Lapradelle-Puilaurens, célèbre village pour son château notamment, qui était un poste avancé du système défensif de la Cité de Carcassonne et gardait le sud de la France. Bâti sur le mont Ardu entre 958 et 986, elle succède à une forteresse plus ancienne. Les roches furent taillées sur place. Le château est visitable par un accès à travers le massif forestier ou bien en auto. Notre train s'arrêtera sur un viaduc en courbe dominant le village.


La poursuite de notre voyage se déroule désormais dans un cadre plus forestier et un peu plus montagneux où nous montons en altitude jusqu'à un peu plus de 500 mètres avant de redescendre sur Axat aux alentours de 350 mètres. 

Au milieu des bois et de nul part, la halte du Père Noël, utilisée lors des trains du Père Noël en décembre et qui permet aux enfants de déposer les lettres.

Et puis nous arrivons à Axat, petit village au long du fleuve de l'Aude et entournée par de nombreuses montagnes boisées. S'y trouve un château qui servait également autrefois à la défense avancée de la Cité de Carcassonne. Il ne reste aujourd'hui plus que des ruines

Construit en 1900, le viaduc de Canals qui franchit l'Aude et la route menant à Font Romeu et en Andorre comprend 9 arches pour une longueur totale de 192 mètres. Il permet à la voie ferrée qui reliait rappelons-le autrefois Rivesaltes à Carcassonne via Axat et Quillan et dont la section Axat/Quillan est aujourd'hui fermée et déférée. 

Ancienne église paroissiale jusqu'en 1958 qui faut désaffectée à cette date.

Le Pont Vieux qui date de 1630 et est un des rares ouvrages sur le court amont de l'Aude.

Les derniers kilomètres de la ligne nous conduisent dans les gorges de l'Aude jusqu'à une ancienne usine Imérys ayant délocalisé récemment

L'ancien emplacement de l'usine qui a totalement disparu du paysage. La ligne continuait à l'époque jusqu'à Quillan à une petite dizaine de kilomètres de là et au delà vers Limoux et Carcassonne. Le trafic routier ayant besoin de se développer, la voie ferrée fut sacrifiée.