Petit week-end en Pologne au départ de Lyon Saint Exupéry dans le nouveau terminal T1 qui sera inauguré le lendemain.
Décollage avec Wizz Air pour Varsovie Chopin 

Après trois heures de vol avec la compagnie hongroise Wizz-Air, me voilà à l'aéroport de Varsovie Chopin. En raison de travaux sur l'aéroport éloigné de Varsovie (Modlin), on atterri exceptionnellement à Chopin, ce qui me permet d'être en ville très rapidement (20 minutes de bus avec le N32 qui circule la nuit), l'autre aéroport étant à plus de 40km.

Au réveil , en ouvrant la fenêtre, j'avais une vue sur le palais de la culture et des sciences. Construit en 1955 en pleine guerre froide et culminant à 237 mètres, il est l'héritage le plus marquant de l'ère soviétique. Cadeau de l'URSS au peuple polonais, il est construit dans le même style que d'autres bâtiments dans l'union, comme l'université d'état à Moscou. A la chute du bloc soviétique, le nom de Staline accolé au nom du batiment fut retiré. 

Je me dirige maintenant vers l'église Kościół Najświętszego Zbawiciela se trouvant dans les quartiers huppés de Varsovie. 

Dans ce même quartier, un bâtiment dans son jus du milieu du 20ème siècle ayant échappé aux bombardements intensifs de la seconde guerre mondiale. 

L'église Saint Alexandre construite dès 1818 de style néo-classique et de forme arrondie sur la place Trzech Krzyży.

Le temps n'est malheureusement pas au beau fixe et la promenade dans les rues de Varsovie se poursuit sous quelques ondées. J'emprunte maintenant la rue Nowy Świat qui me mènera au palais présidentiel ainsi qu'à la vieille ville de Varsovie qui fut un peu épargnée par les bombardements de la seconde guerre mondiale. Libérée du trafic automobile, c'est un plaisir que de flâner dans cette rue dont les lampadaires sont garnis des drapeaux polonais et du Vatican dont des cérémonies en hommage du défunt et béatifié pape Jean Paul II                                                                        

Et j'arrive à la place Krakowskie Przedmieście où trône Nicolas Copernic, célèbre astronome et mathématicien polonais face ... 

... au palais Staszic abritant l'Académie des Sciences Polonaise et la Société des Sciences de Varsovie. Avec sa facade entièrement rénovée, il domine toute l'avenue Krakowskie Przedmieście menant aux institutions politiques du pays.

Sur ma droite, se trouve l'entrée de l'université de Varsovie dont les bâtiments ont des façades intactes ! j'adore :) 

Attenant à l'université, l'église Kościół Wizytek dont sa construction débuta en 1664.                                       

Face à l'église, la statue de Wyszynski, prêtre catholique et cardinal polonais, archevêque de Varsovie et de Gniezno de 1948 à 1981, et Primat de Pologne de 1952 à sa mort. Pendant la seconde guerre mondiale, Ccnscient des pertes humaines et matérielles causés par la guerre, il appelle les soldats à abandonner les armes et ne plus vivre dans la peur. A la fin de la guerre, le régime communiste n'apprécie pas trop les positions religieuses du prêtre car le communisme prône un monde sans Dieu . Les pratiques religieuses seront dorénavant réprimées et Wyszyński signera en 1953 une tribune à propos de son refus de collaborer avec le régime. Il sera alors arrêté et mis en prison pendant trois ans où il subira de fortes pressions psychologiques et sera nommé par le pape Pie XII en janvier 1953. Il sera libéré en 1956  et participe au compromis passé avec le régime communiste : libération des détenus d'opinion, retour à la liberté complète de culte, catéchisation des enfants, décollectivisations des terres. Mais, ce n'est qu'en 1957 que les autorités dirigées par Władysław Gomułka lui permettent d'aller recevoir la barrette cardinalice. Aux yeux de la population polonaise, il jouira d'une grande popularité.

Rejoignons dès à présent la place Piłsudski avec sur notre chemin les hôtels Europejski ci-dessous 

et le Bristol Varsovie, avec des architectures de style art déco des années 1900.                                  

Au bout de la place Piłsudski, la tombe du soldat inconnu. Cette place avait été bloquée en 1979 après la visite du Pape Jean Paul II  par le régime communiste prétextant des travaux, cependant, c'était plus pour éviter des rassemblements de foule que de réels travaux. Le Pape avait lancé un appel depuis cette place à" venir rénover la face de cette terre", donnant ainsi de l'espoir au peuple de résister au régime.  C'est aussi sur cette place que les grandes dates de la Pologne ont eu lieu

De l'autre coté de la tombe du soldat inconnu, le jardin Ogrod Saski avec son design à la française et sa fontaine.

Retournons sur l'avenue Krakowskie Przedmieście avec ci-dessous le palais présidentiel de la Pologne, construit en 1643 pour le commandant des armées Polonaise. C'est dans ce palais en 1955, dont Varsovie n'était d'ailleurs pas encore la capitale du pays, que le pacte de Varsovie fut signé. Rappelons qu'il consistait en un groupement des activités économiques, politiques et militaires de l'URSS et des pays communistes d'Europe de l'est face à l'OTAN créé quelques années plus tôt

Attenante au palais, l'église Kościół seminaryjny w Warszawie                                                

J'entre maintenant dans le coeur de la vieille ville de Varsovie avec la bibliothèque nationale à droite et l'Eglise Saint Anne avec son toit en cuivre datant de 1454.

Continuons notre chemin au milieu des habitants historiques de la vieille ville ...                                

La place Zamkowy ou place du château fait face à l'ancienne résidence royales des souverains polonais. Elle est entourée de maisons historiques et est le début de la route royale qui se dirige vers le sud du pays. A son centre, la Colonne de Sigismond érigée en hommage au roi Sigismond III Vasa au XVIème siècle.

Le château de Varsovie était donc la résidence des Rois de Pologne. Il fut endommagé une première fois en 1939 par des bombardements allemands, avec d'être encore plus endommagé en 1944 lors du soulèvement de l'armée polonaise contre les allemands et contre l'Armée rouge qui venait de franchir la frontière polonaise. Le château sera totalement détruit en septembre 1944 par les allemands avant d'être reconstruit à l'identique en 1970 et d'ouvrir au public en 1984.

Les couleurs des bâtiments historiques égayent la place en cette journée grisâtre à Varsovie. 

Quelques restes de l'ancienne fortification de la ville médiévale de Varsovie.  

La cathédrale de Varsovie, se trouvant à mi-chemin entre la place du château et la place du marché fut elle aussi totalement détruite par les allemands pendant la seconde guerre mondiale. Elle fut reconstruite après la guerre dans un style gothique original 

Puis petit à petit, nous arrivons enfin à un des plus bels endroits pour ce qui me concerne dans la ville de Varsovie, la place du marché avec le bureau de poste et son horloge de 1953.

Avec ses maisons historiques de différentes tailles et de différentes couleurs, elle est un haut lieu touristique de la ville.

Barbakan, une ancienne porte médiévale dans la fortification reliant l'ancienne à la nouvelle ville de Varsovie

 Plusieurs centaines de mètres de remparts subsistent  

 Des statues en hommage aux insurgés se trouvent dans quelques anciennes portes de la fortification

La nouvelle ville, reconstruite totalement après la seconde guerre mondiale car il n'est resté que des tas de débris

La cathédrale de l'armée polonaise, se trouvant face à la place Krasińskich où le soulèvement de Varsovie avait débuté.

C'est de cette place que le 1er aout 1944, l'insurrection armée de Varsovie a débuté et qui durera 63 jours. Avec l'approche de l'armée rouge et la terreur installée par les nazis depuis plusieurs années, 45 000 hommes et femmes décidèrent de se rebeller. Les combats furent terribles, surtout dans la vieille ville mais les pertes humaines sont gigantesques, 21 500 insurgés sur les 45 000 perdirent la vie, 180 civils furent tués, 17 000 allemands ... Le 17 janvier 1945, après que ces combats aient fait les affaires de l'Armée Rouge, elle entre dans Varsovie et s'empare d'une ville en ruine. Elle peut maintenant imposer le régime communiste dans un pays détruit ...

Le palais Krasiński de style baroque comprend la bibliothèque nationale. 

L'Hotel Bellotto de Varsovie dans un style commun aux autres bâtiments de la ville                                       

Lui aussi totalement détruit pendant la seconde guerre mondiale, le Grand Théâtre et l'Opéra National de Varsovie tout deux dans le même bâtiment qui fut reconstruit de façon la plus fidèle qui soit 

Face à lui, l'hôtel de ville de Varsovie, entièrement reconstruit après la guerre également                       

La synagogue de Varsovie est la seule à avoir résisté aux guerres et autres destructions.                    

Je termine cette journée à Varsovie avec une vue d'immeubles d'habitations de style communiste, tout en béton faisant face à la tour des sciences.